• Auteur
    L’agriculture, plus que jamais

Le documentaire Food Evolution suscite des discussions sur les OGM

Publié le

« La survie de notre espèce a toujours été liée à l’évolution de l’alimentation et de l’agriculture. »

La phrase d’introduction du film Food Evolution (Évolution alimentaire) rappelle une réalité évidente. Si ce titre ne vous dit rien, sachez que ce documentaire examine le débat extrêmement polarisé – marqué par la passion, la suspicion et la confusion – sur la question controversée des aliments génétiquement modifiés.

Un message important

Ce film dont la narration est assurée par Neil deGrasse Tyson véhicule un message important sur la nécessité de poursuivre les discussions sur la science et les faits concernant les OGM (organismes génétiquement modifiés), leurs incidences pour l’agriculture et la perception négative à l’égard du génie génétique.

Absent du catalogue Netflix et sans renfort de publicité comme pour les films au grand écran, Food Evolution réussit tant bien que mal à faire sa place. Les producteurs ont en effet trouvé une approche originale pour le faire connaître : ils donnent à divers organismes ou groupes communautaires l’occasion d’en faire une projection publique. À ce propos, bon nombre de partenaires de L’agriculture plus que jamais aident à faire connaître davantage l’existence de ce film, aux quatre coins du pays.

« C’est encourageant de voir autant de groupes du milieu agricole proposer un visionnement de ce documentaire, en vue de créer des liens avec des gens qui connaissent moins l’agriculture et les aider à rehausser leurs connaissances sur la provenance et la production des aliments », affirme Candace Hill, directrice de L’agriculture plus que jamais.

Robert Saik, fondateur d’Agri-Trend, se réjouit pour sa part de savoir que de nombreux groupes un peu partout dans le monde ont également fait écouter le film dans leurs collectivités. Dans le cadre des célébrations entourant son 20e anniversaire, l’organisme Agri-Trend a lui-même organisé une représentation au Red Deer College, le 10 novembre dernier.

« Si vous retirez le génie génétique de la “boîte à outils” de l’agriculture, vous vous privez de l’un des outils les plus importants sur lequel nous devrons nous appuyer pour assurer la sécurité alimentaire, explique M. Saik. Plus le documentaire est écouté, plus les gens s’ouvrent à l’idée d’entendre un point de vue plus équilibré, rationnel et fondé sur la science à propos des enjeux entourant les OGM. »

Photo gracieuseté de Black Valley Films.

Des conversations encourageantes

Dans le film Food Evolution, on a bien pris soin de discuter des deux points de vue au sujet des OGM. On y présente aussi des résultats de recherches et des données scientifiques, de façon vulgarisée pour que tous puissent bien comprendre – un aspect important lorsqu’il est question de génie génétique.

« Beaucoup de gens ont été conditionnés à penser que les OGM sont quelque chose de mauvais, sans toutefois pouvoir expliquer vraiment ce qu’est un OGM. Au bout du compte, si vous choisissez de manger des aliments biologiques, c’est votre choix et c’est bien ainsi, mais vous devez néanmoins connaître les faits », explique Clinton Monchuk, directeur général de Farm & Food Care Saskatchewan.

Cet organisme a invité la population à visionner le documentaire au cinéma Broadway de Saskatoon, le 11 octobre. Le visionnement a été suivi d’un panel de discussion animé afin de poursuivre le dialogue, un événement qui a attiré environ 320 personnes.

Panel de discussion suite à un visionnement à Saskatoon.

« Dans le cas du génie génétique, le manque de dialogue a conduit dès le départ à une controverse apparente. Maintenant, l’industrie doit faire du rattrapage sur ce plan…  parce que la peur se propage plus vite que la vérité », affirme M. Monchuk, ajoutant que le panel de discussion a été bien utile.

Lindsey Ehman, directrice des communications et des relations avec les intervenants chez Producteurs de grains du Canada, raconte que son organisme a aussi présenté un visionnement pour encourager le dialogue à propos des OGM sous une nouvelle forme plus conviviale. L’écoute du documentaire a ensuite permis d’engager une discussion directe avec des décideurs.

« Comme groupe de défense des intérêts des producteurs de grains, nous jugeons essentiel de recourir à des façons novatrices de sensibiliser les gens, explique Mme Ehman. Ce que nous aimons bien à propos du film, c’est qu’on ne met pas forcément en opposition les OGM et la culture biologique. Plutôt, on met en avant la diversité en agriculture et le potentiel de la phytotechnie. »

Les Producteurs de grains du Canada ont eux aussi tenu un panel de discussion après le visionnement de Food Evolution, où l’on s’est attardé aux raisons qui motivent les décisions des gens au sujet de leur alimentation. « Bien sûr, on ne va pas convertir tout le monde, mais si on aide quelqu’un à réfléchir et à s’informer davantage, alors on peut dire qu’on a fait notre boulot pour la journée », conclut-elle.

Moins de 3 % des Canadiens ont des liens avec le monde de l’agriculture, de nos jours, ce qui souligne encore plus la nécessité pour le secteur agricole de faire valoir divers points de vue et de partager de l’information pour contribuer à des décisions mieux éclairées, qui ne sont pas fondées sur la peur.

« Les gens n’ont tout simplement pas d’interactions directes avec les acteurs du monde agricole, comme c’était le cas autrefois; voilà pourquoi c’est important d’avoir des conversations sur l’agriculture… et pourquoi il faut propager un éclairage comme celui qu’apporte ce film », rappelle Tracy Broughton, directrice des politiques et des relations avec les producteurs, à SaskCanola.

D’autres visionnements de Food Evolution ont eu lieu le 25 octobre dernier à l’Université de Sherbrooke ainsi que le 6 novembre à l’Université McGill.

Ailleurs dans le monde

Le débat autour des OGM n’étant pas limité à l’Amérique du Nord, Food Evolution présente aussi les opinions sur le génie génétique, dans des pays aux prises avec l’insécurité alimentaire. Robert Saik, qui exploite une ferme en Ouganda depuis 2015 et qui a passé du temps dans d’autres pays d’Afrique, a pu voir les conséquences du manque d’accès à des cultures génétiquement modifiées. Il mentionne entre autres la séquence du film où il est question de la fusariose du bananier, qui a fait des ravages en Ouganda, en rappelant qu’il faut sensibiliser les Nord-Américains à ce qui se passe ailleurs dans le monde. (Depuis la production du film, l’Ouganda a adopté une loi qui permettra le développement, la mise à l’essai et l’utilisation de plants génétiquement modifiés.)

Et comme le fait observer un agriculteur africain, dans le film, il est important que les Nord-Américains soient conscients que leur rejet du génie génétique peut affecter l’accès à diverses possibilités, dans d’autres pays.

Photo gracieuseté de Black Valley Films.

« Ne perdons pas de vue que les technologies auxquelles nous avons accès peuvent vouloir dire beaucoup, ailleurs sur la planète. Les réalisateurs du film ont su bien refléter ces incidences, conclut Mme Broughton. Ici en Amérique du Nord, nous tenons pour acquis bien des progrès. »

Food Evolution est disponible, avec des sous-titrages en français, sur iTunes et Google Play. N’hésitez pas à le visionner dans le confort de votre foyer.

Vous souhaitez organiser un visionnement public de ce documentaire? Cliquez ici pour en savoir plus long à ce sujet.

Cet article a été affiché dans De l’équipe, a été étiqueté , , , . Ajoutez ce permalien à vos signets.

Dernières publications

Pour recevoir des mises à jour, des conseils et plus encore : ajoutez votre nom à notre liste d’agbassadeurs.

Inscrivez-vous!