• Auteur
    L’agriculture, plus que jamais

La visite virtuelle, un outil puissant

Publié le

Visites virtuelles de fermes ouvertes au public grâce au projet d’un groupe d’étudiants de l’Université du Manitoba.

Pour raconter l’histoire de l’agriculture canadienne, il est important de s’inspirer du proverbe « Une image vaut mille mots ». Les visites à la ferme constituent une excellente façon d’expliquer le fonctionnement d’une exploitation agricole à ceux qui n’œuvrent pas dans cette industrie. On peut ainsi contribuer à modifier les perceptions erronées et à donner une image réaliste de l’agriculture moderne sur une ferme familiale au Canada. Cependant, les visites à la ferme sont possibles pour un nombre restreint de personnes. Heureusement, une technologie abordable et accessible a permis à des agriculteurs d’étendre leur portée en offrant des visites virtuelles à la ferme. C’est exactement ce qu’un groupe d’étudiants de l’Université du Manitoba a fait et les résultats obtenus ont été très positifs.

Les étudiants de l’Université du Manitoba qui se préparent à obtenir un diplôme en agriculture (programme de deux ans) reçoivent une formation pratique en administration des affaires axée sur l’agroindustrie. L’une des pierres angulaires du programme est un cours en gestion et en planification de projet (Management Project Planning). Dans le cadre de ce cours, les étudiants examinent une exploitation agricole (soit leur propre ferme familiale, soit une exploitation fictive) et prennent des décisions administratives en fonction de ce qu’ils apprennent tout au long du programme. Chaque finissant doit présenter son exploitation agricole à un panel composé d’agriculteurs, d’avocats/notaires, de banquiers et de scientifiques. La présentation doit comprendre un projet vidéo qui montre comment fonctionne leur ferme. Ces vidéos ont été très bien accueillies par les étudiants et par le panel. Elles ont même été diffusées à l’extérieur du campus.

« Un bon nombre d’étudiants ont adoré le projet vidéo, affirme Colin Penner, le principal formateur du cours. Ils ont acheté des caméras Go-Pro, d’autres ont emprunté des drones, et se sont donnés à fond dans ce projet. Leur plus grand défi a sûrement été, à l’étape du montage, de s’en tenir à la durée maximale de cinq minutes que nous avions établie. »

Chelsea Boonstra a fait partie du groupe d’étudiants qui a participé activement à ce projet. « Ça a été plus qu’un projet pour moi, raconte Chelsea. Lorsque j’ai d’abord montré la vidéo à mon père, il m’a dit que je devais l’afficher sur Facebook et sur YouTube afin que plus de gens puissent la voir. La vidéo a reçu beaucoup d’attention de personnes qui ne font pas partie de ma famille et de mon cercle d’amis. C’est extraordinaire! Les gens m’ont dit qu’ils ont pu ressentir ma passion pour mon exploitation lorsqu’ils ont regardé la vidéo. »

Une visite virtuelle à la ferme constitue un bon moyen d’établir la communication. « Les visites virtuelles sont des outils formidables que nous pouvons utiliser pour établir des liens entre les ruraux et les citadins, indique Colin. C’est une façon proactive et inclusive d’ouvrir votre exploitation au public. Si je fais de gros efforts pour entamer une conversation positive avec une personne, l’impact sera bien plus grand que si je me borne à tenter de corriger le tir. »

Entreprendre un projet comme celui-là peut sembler décourageant au début. Chelsea et Colin sont toutefois d’avis que le produit final en vaut la peine et que vous aurez du succès si vous vous exprimez de façon honnête et simple. « Racontez votre propre histoire, affirme le formateur. À la fin du compte, il s’agit de votre histoire et de votre expérience. Soyez positif. Lorsqu’on vit à la ferme, on a l’occasion d’expérimenter toutes sortes de choses palpitantes qui deviennent banales après un certain temps. Les levers et les couchers de soleil, loin des lumières de la ville, sont impressionnants. La vue du sommet d’un silo à grain est une perspective unique. »

« Je pense que c’est très important de montrer ces aspects, parce que personne d’autre ne peut changer les perceptions qu’entretiennent les gens à propos de l’agriculture, si les agriculteurs ne le font pas eux-mêmes, dit Chelsea. L’agriculture est une industrie en plein essor avec un avenir prometteur. Nous devons communiquer des messages positifs afin de pouvoir maintenir une bonne relation avec les consommateurs. Il n’y a pas meilleur moment qu’aujourd’hui pour commencer à avoir un impact positif sur la façon dont les gens perçoivent l’agriculture. Le temps investi et tous les efforts mis en valent vraiment la peine quand on reçoit des commentaires positifs. »

Une visite virtuelle permet aux gens du monde entier de jeter un regard sur la réalité d’une ferme au quotidien et de découvrir la vraie histoire de l’agriculture canadienne. C’est aussi un moyen extraordinaire d’inciter les jeunes agriculteurs adeptes de la technologie à s’exprimer au nom de l’industrie. Pensez à ajouter cet outil à vos tactiques d’agripromotion.

Regardez les vidéos de Chelsea et de Colin (ci-dessous).

Cet article a été affiché dans De l’équipe, a été étiqueté , , , , . Ajoutez ce permalien à vos signets.

Dernières publications

Pour recevoir des mises à jour, des conseils et plus encore : ajoutez votre nom à notre liste d’agbassadeurs.

Inscrivez-vous!