Quatre façons d’améliorer les perceptions à l’égard  du secteur agricole

Publié le

Faites une différence, une conversation à la fois

Soyons honnêtes. Entendre des histoires trompeuses sur la production alimentaire peut être frustrant. Les consommateurs voient les gros titres sensationnels au sujet de la production alimentaire et n’ont peut-être pas toute l’information nécessaire afin de prendre des décisions éclairées sur leur alimentation.

Pouvez-vous les blâmer? Nous menons tous des vies bien remplies. Il peut s’avérer difficile de démêler le vrai du faux dans ce contexte de surcharge d’informations, riche en émotions. Parfois, il est tentant de faire de l’humour ou de répondre par un commentaire cynique. Mais, comment cette réponse peut-elle instaurer la confiance dans notre système alimentaire?

Réfléchissez à votre plus grande crainte au sujet du bien-être et de la santé de votre famille. Imaginez que cette préoccupation soit simplement balayée du revers de la main. Cela vous procurerait‑il une tranquillité d’esprit? Comment réagiraient les personnes qui observeraient cette conversation à l’écart?

La prochaine fois que vous aurez une conversation qui pourrait soulever les passions au sujet des aliments et du secteur agricole, gardez à l’esprit les conseils suivants :

  1. Écoutez, écoutez et écoutez. Puis, écoutez davantage. Vous souvenez-vous de votre dernière conversation où vous avez senti que votre interlocuteur comprenait véritablement votre point de vue? Quelle a été l’incidence sur votre sentiment de connexion avec cette personne? Instaurer la confiance est important, alors faites preuve d’une écoute active, reformulez ce que vous avez entendu de manière respectueuse et veillez à ce que votre interlocuteur soit d’accord avec votre interprétation.
  2. Gardez votre calme. Comprenez les préoccupations des autres et leur intérêt sincère pour les aliments. C’est l’occasion pour nous, intervenants de l’industrie agricole, d’écouter et de tisser des liens. N’oubliez pas qu’il arrive souvent que des observateurs évaluent votre façon de gérer la situation. Dans le cas d’activisme extrême ou de cyberintimidation, il est tout à fait acceptable de reporter la conversation ou d’y mettre un terme de façon courtoise.
  3. Méfiez-vous des suppositions. Il est beaucoup trop simple de mettre tous les consommateurs ou les « citadins » dans le même sac et de présumer qu’ils ont certaines opinions, expériences et connaissances. Faites preuve de curiosité : vous pourriez être surpris par ce que vous allez apprendre.
  4. Puisez dans votre expérience personnelle. Reliez le sujet à votre propre exploitation agricole et à votre expérience personnelle avec les aliments. Pourquoi avoir choisi une certaine façon de faire dans votre exploitation agricole ou votre travail au sein de l’industrie? Quelles sont vos préoccupations en tant qu’agriculteur, parent, propriétaire d’entreprise ou membre de la communauté? Établissez le lien avec vos propres préoccupations et expériences pour découvrir des intérêts communs en suivant le conseil sur l’écoute au premier point.

Bien que plusieurs conversations puissent et devraient survenir en ligne, une conversation face à face fait des merveilles pour ce qui est de résonner de façon éloquente et mémorable à travers le cercle d’influence de votre interlocuteur.

Merci de participer à la conversation,

L’équipe de L’agriculture, plus que jamais

Recevez des conseils par courriel qui vous aideront à faire de l’agripromotion.

Devenez un agbassadeur
Cet article a été affiché dans Conseils pour faire de l’agripromotion, a été étiqueté , , , . Ajoutez ce permalien à vos signets.

Dernières publications

Pour recevoir des mises à jour, des conseils et plus encore : ajoutez votre nom à notre liste d’agbassadeurs.

Inscrivez-vous!